]

Accueil > Difficile à dire > Gestes artistiques potentiels

1. Photographie. Une plaque de médecin sur la façade d’une maison bourgeoise. À première vue, sa spécialité ressemble à une discipline existante, mais appartient à un tout autre domaine que la médecine, par exemple "spéléologue", ou "dendrochronologue".

2. Panneau. Près d’une zone constructible ou d’un terrain vague, un panneau promet la construction prochaine par la CAHC d’un bâtiment. Malgré le luxe de détails et les visuels, impossible de déterminer avec précision quelle sera la fonction de cet équipement.

3. Graffiti. Une grande fresque à la bombe affiche le message "FIERS D’ÊTRE". On ne saurait dire si la phrase est terminée ou non.

4. Arpentage. Un groupe a pour mission dans un temps et un espace donné de recenser tous les signes : enseignes, panneaux, pictogrammes, graffiti, marques, autocollants, affiches, etc.

5. Photographie. Un goûter d’anniversaire. Tous les convives débordent d’une joie hystérique. Le fêté arbore un air dépité. Sur le gâteau, on peut lire "Nique ta mère" ou "Va te faire foutre", ou "Sale bâtard", etc.

6. Installation. L’enseigne lumineuse défilante d’une pharmacie est utilisée comme canal pour transmettre divers messages : "Kenzo aime Clara", "Jean-Pierre je crois que j’ai laissé la clé sur le contact peux-tu aller vérifier", "la personne qui laisse ses crottes de chien à la hauteur du 62 rue Guynemer est priée de les ramasser"…

7. Performance. À l’aide d’un code simple basé sur les signaux de fumée ou de lumière, deux groupes échangent des messages entre deux terrils.

8. Installation. Des formules de politesse sont ajoutées aux injonctions présentes sur les panneaux, affaiblissant ou ridiculisant le message : "Interdiction de stationner s’il vous plaît".

9. Photomontage. Dans la photo d’un espace public, supprimer tous les signes.

10. Installation. À la manière des méthodes d’apprentissage linguistiques, des images défilent sur un écran, tandis qu’une voix donne le nom correspondant. Mais petit-à-petit, on s’aperçoit que les noms associés désignent des objets différents. Le rythme s’accélère et devient presque stroboscopique, les noms cités à la fin sont strictement monosyllabiques.

11. Installation. un participant coiffé d’un casque audio répond à des questions simples. Mais ce sont d’autres questions qui sont diffusées au public. Le décalage entre les questions et les réponses provoque un effet comique ou poétique.

12. Poésie. Des textes lacunaires, piochés ou non dans l’histoire littéraire. Il s’agit de combler les trous, en s’inspirant des poèmes bouturés de Lucien Suel.

13. Vidéo. Une série d’expressions sont prises au pied de la lettre, dans une tentative de se mettre à la place de certains autistes Asperger qui échouent à saisir le second degré. Par exemple chez un boucher-charcutier : avoir le cœur sur la main, prendre langue avec quelqu’un, etc.

14. Jeu collectif. Deux groupes à portée de vue doivent se transmettre des messages (poèmes à forme fixe et connue d’avance) au moyen de seuls gestes (principe du chappeku). On compare le message final à l’original.

15. Performance. Le Kulning est un ancien chant scandinave utilisé pour diriger le bétail. Peut-il fonctionner sur le bétail du Pas-de-Calais ? À réaliser avec la classe de chant d’une école de musique, par exemple.

16. Photographie. Un appareil capte l’image d’une personne qui prononce des mots au micro. Le haut-parleur est placé sous l’appareil. Dans les vibrations de l’image, le portrait garde ainsi la trace du message sonore prononcé par le sujet photographié. La photo et le message ne sont pas affichés côte à côte : on ignore à quelle photo correspond tel message.

17. La bouche pleine. Des sujets sont filmés en train de tenir des propos qui seraient sans doute passionnants si les aliments qui emplissent leur bouche ne rendaient leur discours incompréhensible.

18. Enquête sonore. Une équipe de reporters part à la recherche de gens qui ont l’habitude de parler à des animaux. On cherche à compiler un maximum de sons, paroles ou onomatopées, qui sont diffusées en boucle. Les sons peuvent être associés aux images des animaux, soit dans l’ordre, soit dans le désordre.

19. Musique. Une fanfare ou une classe de musique joue par dessus l’enregistrement du chant d’un résident handicapé de la MAS L’Aquarelle à Oignies.

20. Performance. Un groupe de personnes manifeste en scandant des slogans écrits sans consonnes labio-dentales. Ainsi, le mouvement des lèvres est imperceptible, ce qui donne un air surnaturel à la manifestation.

21. Musique. Un groupe traduit une chanson étrangère sans en connaître la langue, à partir d’une écoute attentive. La mélodie est conservée.

22. Musique. Un groupe A écrit une chanson dont il ne transmet que des bribes à un groupe B, qui doit reconstituer (interpoler) la chanson comme il peut.

23. Objet sonore. D’une interview radio (par exemple celle de Philippe Faucon le 28 septembre 2018 à 8h30 sur France Culture), ne conserver que les passages non signifiants : bégaiements, toux, raclements de gorge, etc.

24. Oralité. Lire un texte avec un ton inapproprié. Par exemple une berceuse beuglée comme les ordres d’un sous-lieutenant.

25. Mode, photo. Création de nouveaux codes vestimentaires. À l’instar du bas de survêtement relevé ou de la casquette à l’envers, inventons de nouveaux symboles.

26. Poésie. Le logiciel Dasher a été conçu pour des personnes lourdement handicapées. Il permet de s’exprimer à l’aide d’un joystick, voire du mouvement des yeux. Il dispose surtout d’un système d’auto-complétion très propice à l’écriture poétique.

27. Poésie. La wave est une forme poétique constituée d’un texte traduit d’une langue à une autre suivant une chaîne infinie. À la façon du cadavre exquis, chaque groupe ne connaît que ce que le précédent lui a donné.

28. Poésie. Des panneaux ou d’autres messages visibles dans l’espace public sont réécrits suivant la méthode LSD, rendant les messages d’origine paradoxalement incompréhensibles.

29. Piratage. À la surprise des élèves, les hauts-parleurs d’un établissement scolaires diffusent des messages sortant de l’ordinaire.

30. Musique & chant. Il est proposé aux élèves de réaliser une version chantée de documents habituellement froids et administratifs : règlement intérieur de l’établissement scolaire, bulletin de retard, certificat médical, lettre de motivation pour trouver un stage ou un emploi, etc.

31. Performance. Une manifestation dont les banderoles portent un message à double-sens suivant qu’elles sont dépliées ou repliées.

32. Installation. Saturation de l’espace public par des signes (sorte de miroir du point 9).

33. Installation. Une source sonore diffuse de la voix parlée. Un capteur détecte la présence du public : plus on s’approche, plus la voix chuchote, et plus le son est faible. Si on est vraiment tout proche, l’installation est totalement muette.

34. Installation. À l’instar du "couscous à emporter" en caractères gothiques visible entre Dourges et Hénin-Beaumont, travailler sur un décalage entre le message et la typographie. Par exemple "danger de mort" en lettres anglaises, une enseigne de pompes funèbres en comic sans MS, ou un message d’amour en impact.

35. Graphisme. Création de nouveaux emoji pour rendre des émotions complexes, à la manière de certaines Notes de chevet de Sei Shonagon.

36. Sémiotique. Réinterprétation et détournement de certains signes conventionnels, à la façon du "goudron frais" de la Rubrique à brac.

37. Musique. À la façon du konnakol indien et du bibinaire de Boby Lapointe, créer une machine qui coderait le langage en rythmes. Un motif rythmique pourrait coder un phonème ou une lettre. Le texte serait entré au clavier, et le résultat serait une partition ou un fichier son.

38. Traduction. Comme Jacques Jouet, créer de la poésie à l’aide du lexique grand singe de Francis Lacassin d’après E.R. Burroughs.

39. Un message gênant ou non assumé est dissimulé dans un orchestre de syllabes désordonnées (une syllabe par personne). La phrase complète, dans l’ordre, n’apparaît qu’à la toute fin.

40. Une pochette à trous permet de glisser différents textes. Impossible de décoder le texte sans la pochette, qui laisse apparaître le message caché au cœur du texte.

41. Plusieurs versions d’un roman-photo dont les images sont les mêmes mais dont les textes sont des emprunts à différentes œuvres littéraires (Proust, Marc Lévy, Hergé, Molière, Desnos, etc.)

42. D’un échange, ne conserver qu’un mot par phrase, et obtenir une sorte de trace énigmatique, un peu comme le carnet de Philippe Lançon à la Salpêtrière.

43. Adapter une mélodie dans une gamme pentatonique. Possibilité d’un algorithme qui s’en charge (dans le mode de do majeur vers do pentatonique, seules les notes do#, ré# et sol# sont ambiguës).

44. Adapter les quipu incas aux traditions locales (tricot, dentelle, jacquard…)

45. Vidéo. Des messages difficiles à dire sont annoncés par le truchement d’un bon repas constitué d’un plat fumant dont la buée fait apparaître le message sur une vitre ou un miroir : "j’ai raté mon bac", "je te quitte", "tu me plais", etc.

46. Des nouvelles désagréables sont annoncées avec une harmonie municipale qui joue des airs adaptés (très tristes). L’orchestre joue très fort, tout près des protagonistes, et participe au malaise. Gros plans sur les musiciens, imperturbables.

47. Écrire une chanson utilisant un maximum de mots issus de la liste des monosyllabes appris le plus tardivement.

48. À l’inverse, réécrire des œuvres littéraires uniquement avec les mots censés être connus par des enfants de quatre ans.

49. Créer des poèmes sonores en faisant traduire des textes aléatoires par le traducteur vocal de Google.

50. Des humains effectuent une danse similaire à celles que les abeilles utilisent pour s’informer de l’existence d’une source de nourriture ou d’un lieu propice à l’essaimage.

51. Une conversation entière se déroule uniquement avec des signes figurant dans L’italien par les mains de Bruno Munari.

52. Vidéo. Des déclarations sont faites, dont le contenu est en contradiction totale avec la gestuelle et l’attitude. Comme un oxymore entre le langage parlé et le langage corporel. Par exemple un discours vindicatif et guerrier prononcé par une jeune fille fluette renfermée sur elle même et se tortillant les doigts ou les mèches de cheveux. Ou à l’inverse, une déclaration embarrassée, précautionneuse, où le locuteur s’auto-dénigre, tout en adoptant des postures de

53. Mais vous savez, Hitler était un très mauvais danseur. Une chorégraphie reprenant uniquement, mais sans le dire, les célèbres poses d’Adolf Hitler.