]

Accueil > Le peuple des machines > École de Wassigny, 13, 19 et 20 avril

Trois jours de stage intensif auront suffi pour que les élèves de maternelle et de primaire de Wassigny puissent se considérer maîtres dans l’art de la musique paramétrique, de la poésie algorithmique, de la soupe synthétique, du néologisme exotique, du rap atypique, du haiku canonique, etc.

Poème-oxymore de la classe de Nicole (GS et CP) :

J’ai des pouces de vent
des sourcils de fer
des poils de métal
de l’électricité dans les crottes de nez
de la peau d’androïde
des dents de robot
de l’essence d’ongles
des tuyaux dans le crâne
un sèche-jambes
des muscles en plastique
de l’huile à squelettes
de la fumée qui sort de la gorge

Quelques définitions loufoques de la même classe :

Piston : pistolet à poisson
Soupape : machine à faire de la soupe
Vilebrequin : appareil à faire vibrer les requins
Engrenage : androïde à nageoires
Arbre à cames : désigne la grand-mère d’un arbre
Tringle : épingle de train (pour faire sécher ses vêtements en voyage)
Disjoncteur : jongleur bavard
Condensateur : danseur qui compte ses pas

Quelques poèmes des moyens de la classe d’Estelle :

Je suis une machine à coudre dont l’aiguille est pointue
comme les épines piquantes d’une étoile à moustiques
comme un buisson de rayons dans le nez d’un hérisson

Comme dans plusieurs autres classes, nous avons réalisé des mélangeurs de visages (et de poèmes) qui ne sont accessibles que sur mot de passe pour protéger les petits minois. Voici le premier (classe d’Estelle) et le second (classe de Nicole)

Quelques morceaux de domozique

Flûte ! Ceux qui considèrent la flûte à bec comme un instrument pour baba-cools devraient écouter ce son énergique et dansant…

Wesh papa Une revisitation d’un standard de la chanson française (au sens de standard téléphonique, bien sûr).

Slow Attention, comme tout bon slow, ce morceau contient des trucs cochons.

Chocolat récréation Incroyable ! Les enfants de Wassigny on séché la récré pour venir s’éclater en studio…

Demo Une œuvre en référence à l’univers des nouvelles pratiques ludiques qui questionne le rapport à l’altérité en métamorphosant la parole recueillie auprès des jeunes apprenants.

Redoux relou Ambiance chill-out et descente de lit pour ce tune destructuré pouvant contenir des morceaux de harpe.

Un poème fondu des élèves d’Aurélie (CE2-CM1)

Le général du train majeur attendait l’idée des pierres.
L’ingénieur traversait le projet d’un jour habile.
Les habitants voulaient arrêter de tourner une longueur.
Le chemin désiré existait.
Le souscripteur sans inquiétudes d’une région de construction désirait le voyage vers un réseau sans combat.
Le courant insuffisant heurtait la compagnie des seize fermes.
Il fallait descendre le fer du pont des cailloux pour présenter la direction des trottoirs unanimes.
Le service des intempéries supportant les villes goûteuses, on disposait le dessin pacifique de la fabrication de 900 000 francs.
L’opinion rayonnait.
La locomotive rapide franchissait les ouvriers qui coulaient sur les rives rongeuses.
Les teintes centrales et larges du public passaient la somme.
On démontrait le litre dans la grande vallée insensible.
Le sable unique commença à marcher sur la profondeur des environs.

Quelques haikus fondus de la classe d’Aurélie

revolver rapide
confédération première
la carte de l’heure

*

l’arche américaine
tourbillon préliminaire
aux grandes collines

*

différente échelle
la fondation des wagons
toujours avançant

Poèmes suggérés par des images

Avec la classe de CE1-CE2 de Mme Delph : Calvin, Eythan, Dylan, Esteban, Manon, Victoire, Gabriel, Maël, Bryana, Looanne, Sylvain, Antoine, Yanis, Mathéo, Paul, Ambre et Angello.

À bord d’un bateau-sapin ou d’un train-usine
Il faut adorer les chemins de glace et les lumières de feuilles
Il faut aimer les rails du vent avec un cheval de fumée

Générosité de la nature
Les indiens détestent les hommes- wagons
et la ferraille fatiguée des roues de l’ancien drapeau

Carreaux de tristesse joyeuse
Gentils arbres à travers des nuage de fenêtres heureuses

Une colère de montagne, un amour de pierre
Sur le sol méchant des constructions énervées
L’herbe est contente dans la cheminée

Ouvrier, tu pleures par haine des branches
Genévrier de peur dans un ciel de vapeur

Inventions

Quand Martin est arrivé, les élèves de Mme Delph étaient en train de découvrir la Belle lisse poire du Prince de Motordu de Pef. L’occasion était trop belle : nous avons changé une simple lettre à des machines existantes pour obtenir tout autre chose :

Le sourd à micro-ondes,

Le jour à micro-ondes

La poissonneuse-batteuse

La boissonneuse-batteuse

La machine à baver

La machine à baver (une autre)

Le lacteur

Contes ready-made

Comment produire des miniatures musicales rapidement et sans effort ? On récite une phrase au micro, et on la fait tourner en boucle… Ne reste plus qu’à essayer d’en imiter le rythme et la mélodie à l’aide d’un instrument de votre choix.

Chanson triste

Attention, grand prix d’art dramatique en vue pour cet élève de l’école (lourdement souligné par une musique aux accents déchirants).

La chanson du bateau

Mise en musique d’un poème écrit avec les CE1-CE2 de Mme Cardon à partir de mots piochés dans un ouvrage sur les chemins de fer.